Destination: Afrique

Nul besoin d’entreprendre une expédition de 80000 km pour apprécier l’Afrique, à moins d’avoir une année sabbatique, d’être à la retraite et beaucoup de budgets. J’espère que cette vidéo vous fera saliver et vous donnera envie de visiter l’Afrique. Au minimum, que la vidéo vous incite de lire cet article.

Comme vous avez pu apprécier dans la vidéo, explorer l’Afrique australe est toute une aventure. En parcourant les routes principales et secondaires, vous explorez un magnifique continent plein de contraste et haut en couleur.

L’Afrique m’interpelle depuis mon tout jeune âge à l’époque des émissions de télévision et des livres sur les aventures de Tarzan. Un peu plus tard dans ma jeunesse, ce fut les reportages télévisuels et les magazines du National géographique.

L’Afrique est si grande, où commencer?

Bien qu’il existe de nombreuses possibilités de voyage hors route, une aventure organisée de manière indépendante/autonome sera un voyage un peu plus difficile à travers l’Afrique, mais pas impossible. Le mauvais temps, les mauvaises routes, les passages difficiles, la guerre, les élections, les épidémies/pandémies et la rébellion presque inévitable contre les résultats électorales, les bouleversements politiques, les gardes-frontières imprévisibles et parfois les visas subitement changés pendant une expédition en Afrique saccageront le meilleur des plans.

Il y a des voyages hors route partout dans le monde, mais voilà, comme moi, vous voulez voyager en Afrique, et c’est tout à fait différent de tout autre voyage que vous n’avez pu faire jusqu’à maintenant. Malgré les meilleurs plans terrestres pour traverser l’Afrique, les plans et les itinéraires peuvent changer à tout moment, alors soyez flexible, car vous n’êtes jamais trop sûr que votre itinéraire prévu vous emmènera la où vous voulez aller au moment ou vous voulez y être. Ayez toujours un plan B et possiblement un plan d’urgence au plan B.

Les différentes routes à travers l’Afrique ne vous offrent qu’une opportunité théorique de commencer à une extrémité du continent et de se terminer à l’autre extrémité. L’Afrique n’a jamais été connue pour les normes élevées de ses routes ni pour le fait que vous arriverez réellement à votre destination prévue par n’importe quel itinéraire choisi. Beaucoup de routes et d’itinéraires apparaissent seulement sur des cartes en papier – situant où la route devrait être, ou trouver la forêt, les marécages, ou les vastes étendues de boue et/ou de sable. Pourtant, malgré tout cela, l’Afrique est traversée par voie terrestre du sud au nord, et d’est en ouest presque quotidiennement, et souvent par une combinaison des routes principales et secondaires.

Voies terrestres réelles à travers l’Afrique

Il va sans dire que la planification d’une route à travers l’Afrique devrait commencer par une bonne carte terrestre qui montre toutes les frontières internationales, les points de passage légaux des frontières, ainsi que l’état actuel du réseau / réseau routier transcontinental. Cependant, il n’y a aucune garantie que les routes indiquées sur une carte existent encore ou peuvent être conduites. Il convient également de noter que les routes principales contournent complètement certains pays et que des informations supplémentaires sur le réseau routier dans ces pays doivent être obtenues auprès des missions diplomatiques des pays impliqués.

Routes terrestres du Sud-Nord:

Il y a trois routes principales du sud menant à différents points dans le nord du continent, toutes avec leurs propres attractions et désavantages particuliers. Néanmoins, en commençant par la route la plus à l’ouest, ce sont:

  • L’autoroute Alger-Lagos, également connue sous le nom de route transafricaine 2, où la route transsaharienne est longue de 4504 km ce qui équivaut à la distance de route entre Montréal et Vancouver en passant au nord des Grands Lacs. Cette route est essentiellement complète, avec seulement environ 200 km de piste désertique qui doivent encore être scellés. Cependant, de sévères contrôles de sécurité par les forces militaires de plusieurs pays rendent l’utilisation de cette route extrêmement difficile, voire impossible à certains moments.
  • L’autoroute Tripoli-Windhoek (Cape Town), longue de 10 800 km, également appelée route transafricaine 3, est de loin la plus incomplète et nécessite une reconstruction presque complète. Seules les sections pavées situées à l’intérieur des frontières de la Libye, du Cameroun, de l’Angola, de la Namibie et de l’Afrique du Sud sont utilisables à quelque degré que ce soit. Cette route inclura éventuellement le Cap, mais cela pourrait être des décennies dans le futur.
  • L’autoroute du Caire-Gaborone (Pretoria / Cape Town) ou route transafricaine est longue de 10 228 km. Donc la route la plus viable du sud au nord, ou vice versa. Avec le pavage récent des sections de Dongola à Wadi Halfa, au Nord-Soudan, et le tronçon du poste frontalier de Galabat dans le nord-ouest de l’Éthiopie, il ne reste que deux sections à paver: Isiolo à Moyale au nord du Kenya, et la route de gravier qui traverse Dodoma en Tanzanie. Cependant, depuis quelques années, il n’a pas été possible de traverser en Égypte depuis le Soudan, et vice versa, par la route. La seule façon légale de traverser cette frontière est par le transbordeur de véhicule sur le lac Nasser.

Routes terrestres Ouest-Est:

Traverser l’Afrique d’est en ouest, ou inversement n’est pas aussi problématique, car il existe plusieurs routes viables, bien que les routes à travers l’Afrique centrale ne devraient pas être tentées à la légère pendant la saison des pluies, d’octobre à juillet. Cependant, les routes ouest-est tombent toutes dans des régions climatiques très différentes, et la chaleur extrême, plutôt que la boue, est le principal problème sur les routes du nord-ouest. Ainsi, en commençant par la route la plus au nord, les routes ouest-est sont:

  • La route transafricaine 1, également connue sous le nom d’autoroute du Caire-Dakar, est longue de 8 636 km et elle s’étend le long de la côte méditerranéenne de l’Afrique du Nord avant de suivre la côte atlantique du Nord-ouest africain. Notez que la frontière entre l’Algérie et le Maroc est actuellement bouclée. La route transafricaine 1 est également reliée à la route transafricaine 7, formant ainsi une route alternative nord-sud autour des confins ouest de l’Afrique.
  • D’une longueur de 4 496 km, la route transafricaine 5, où la route Dakar-Ndjamena est actuellement achevée à environ 80% et relie les pays d’Afrique de l’Ouest du Sahel.
  • Contiguë à la route transafricaine 5, la route transafricaine 6 s’étend sur 4219 km et traverse l’est du Sahel de Ndjamena à Djibouti sur la côte de l’océan Indien.
  • Connue localement sous le nom d’autoroute Dakar-Lagos, la route transafricaine 7 longue de 4010 km ou la route côtière trans-ouest-africaine, comme on l’appelle également, est achevée à environ 80%.
  • L’autoroute transafricaine 8, longue de 6259 km, ou l’autoroute Lagos-Mombasa, est contiguë à la route transafricaine 7 et, ensemble, elle comprend une route ouest-est de 10 269 km à travers l’Afrique. Bien que la moitié orientale de cette route soit achevée à l’intérieur des frontières du Kenya et de l’Ouganda, la partie occidentale à travers le Nigéria, le Cameroun et la République centrafricaine est en voie d’achèvement. Cependant, il manque une section de plusieurs centaines de kilomètres à travers la République du Congo (RDC), et il est peu probable qu’elle ne soit jamais construite, ce qui en fait une route impossible en Afrique centrale.
  • La route transafricaine 9, connue sous le nom de la route Beira-Lobito est pratiquement achevée à 3523 km, à l’exception de courtes sections dans la moitié est. Cependant, les tronçons ouest de la route traversant l’Angola et le centre-sud de la RDC nécessitent une reconstruction et une réhabilitation importantes.

L’entretien des routes en Afrique n’a jamais figuré en haut de la liste des priorités des gouvernements, ce qui signifie que les routes qui étaient utilisées quotidiennement il y a quelques années pourraient ne plus exister lors de votre voyage. Les routes en Afrique semblent suivre la loi du carré inverse, ce qui signifie que si les routes à proximité de grands centres de population peuvent être dans un état raisonnable pour une certaine distance autour de ces centres, plus vous vous éloignez, plus les routes deviennent mauvaises à un taux exponentiel.

Prenez bien note de l’information ci-dessous; cela pourrait vous faire économiser des centaines de kilomètres, ou des heures, sinon des jours de conduite en rond, à la recherche du bon chemin.

  • Bien qu’un peu plus de 50% du réseau routier africain ait été asphalté ou scellé, la maintenance, ou son absence restent un problème insoluble. Le réseau routier africain est fragmenté par des dizaines de «chaînons manquants», voire des tronçons où il n’y a jamais eu de routes, malgré le fait que les principales routes terrestres semblent complètes et ininterrompues sur certaines cartes. Par exemple, la route transafricaine 3 a un écart de 200 km en République centrafricaine entre les villes de Salo et d’Ouésso. Dans ce cas, la route manquante est le résultat du fait que personne ne pense assez à la région pour construire une route reliant les villes. Les autres raisons de l’absence de tronçons de route comprennent les chutes de rochers dans les sections montagneuses, les longues sections de route qui sont définitivement ensevelies par les tempêtes de sable ou les routes qui s’enfoncent dans les marécages en raison d’une mauvaise construction.
  • Conséquence directe de la fragmentation du réseau routier, les déplacements routiers dans les cinq principales régions du continent, l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale, l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe, se limitent à une seule route goudronnée à deux voies qui traverse le sud-ouest de la Tanzanie.
  • Bien que l’Afrique du Nord et de l’Ouest ait un lien transsaharien ténu, la plus grande lacune du système routier africain est le fait qu’il n’y a pas de routes goudronnées traversant l’Afrique centrale, de sorte que cette région, qui comprend plusieurs pays, est privée d’opportunités commerciales avec l’Afrique de l’Est et de l’Ouest, ainsi que le contact routier (et le commerce) avec toute la région de l’Afrique australe. Quelles que soient les routes goudronnées en Afrique centrale, sachez qu’elles n’atteignent que les limites de cette vaste région et qu’elles constituent l’extrémité terminale des routes menant d’autres régions, car malgré tous les efforts des légions de la route les ingénieurs, le terrain, le climat et les forêts pluviales de la région de l’Afrique centrale, en particulier dans les bassins versants des fleuves Congo, Ubangui, Sangha et Sanaga, rendent la construction de routes impossible. Alors que des routes semi-permanentes au Cameroun et au Tchad plus au nord ont été construites, le terrain escarpé et accidenté et les plaines inondables empêchent la construction et l’entretien de tout type de réseau routier permanent.

Si vous êtes prêt à partir en voyage pour une aventure épique à travers l’Afrique, gardez à l’esprit que l’Afrique offre les routes les plus difficiles du monde., et c’est tant mieux pour les amateurs de hors route au coeur aventurier, car la majorité des routes ne sont rien de moins que des pistes hors routes.

Peu importe à quel point certaines pistes hors route que vous avez faites ont été difficiles, en Afrique, la route terrestre est une destination en soi, et vous allez vous battre jusqu’au bout.

En cas de bris mécanique

En Afrique, vous ne serez pas en mesure d’appeler un véhicule de remorquage si vous tombez en panne, et ne trouverez pas des pièces de rechange à chaque coin. En Afrique, vous êtes vraiment seul, et si l’idée de ne pas avoir de guidage GPS lorsque l’autoroute sur laquelle vous vous trouvez soudainement se transforme en piste forestière au coucher du soleil vous effraie, vous devriez probablement visiter l’Afrique en groupe ou dans un safari tout organisé.

Vous êtes plein de courage et de détermination, traverser l’Afrique du sud au nord, ou dans toute autre direction sera une expérience fortifiante, car ce n’est pas une mince affaire.  À tenter au moins une fois dans sa vie. Allez foncer!

On s’y prend comment?

La réponse à ceci est que n’importe quelle traversée prévue de l’Afrique exige beaucoup de planification et de préparation extrêmement détaillées. Cependant, même la planification d’itinéraire la plus détaillée n’offre aucune sorte de garantie que vous arriverez à votre destination prévue. Le but des mois de planification d’itinéraire que vous devez faire est seulement de vous fournir un aperçu de base des itinéraires possibles. En dehors de cela, vous aurez également besoin de sauvegarde, ou des itinéraires d’évasion, comme certains voyageurs expérimentés se réfèrent à eux.

Alors que dans la plupart des autres parties du monde, il est possible de suivre un itinéraire préétabli, cela est impossible en Afrique, d’une part parce qu’il y a peu de routes et d’autre part parce qu’il n’existe pas de cartes routières définitives et fiables. Néanmoins, ce serait une erreur grave, sinon fatale, de faire confiance à la chance. Une entreprise de cette ampleur exige autant d’informations détaillées que possible, même si le diable proverbial peut se cacher dans les masses de détails parfois contradictoires. Il est absolument essentiel que vous ayez la meilleure compréhension possible de l’endroit où vous voulez aller en Afrique et de la meilleure façon d’y arriver, en vous basant sur les informations les plus à jour disponibles.

Les appareils GPS ne couvrent que les routes principales à travers l’Afrique, et pas toujours la route entière. De plus, les routes principales contournent souvent des pays entiers, et la seule façon de traverser ces pays est de visiter la mission diplomatique de votre pays dans ces pays, s’il y a des relations diplomatiques, bien sûr. Les missions diplomatiques sont les meilleures et les plus fiables sources de savoirs locaux sur tout ce qui concerne le magasinage, les zones à visiter (ou a évité), les meilleurs sites à visiter et les meilleurs moyens d’y arriver ou de sortir du pays .

Cependant, il y a d’autres questions qui doivent être discutées en premier, par exemple, les visas, les guerres actuelles, la période de l’année et le temps disponible, entre autres. Les points suivants sont les plus importants:

Visas

Votre itinéraire prévu à travers l’Afrique est régi par les pays pour lesquels vous pouvez obtenir des visas, plus que tout autre facteur unique. Tous les pays africains n’autorisent pas les ressortissants de tous les autres pays africains, et certains n’autorisent personne à entrer. Une fois que vous avez décidé d’un itinéraire possible, prévoyez environ six (6) mois pour que les demandes de visa soient approuvées ou refusées. Construisez votre itinéraire prévu en fonction des pays qui vous délivreront un visa, ou non, selon le cas.

Guerres actuelles

Les guerres en Afrique peuvent commencer sans raison apparente, et bien que la situation sécuritaire se soit largement stabilisée (selon les normes africaines), il peut y avoir un certain nombre de guerres et de rébellions à un moment donné. Pour des raisons évidentes, évitez non seulement les pays concernés, mais toute la région. Adaptez votre itinéraire prévu en fonction de la situation militaire / de sécurité.

Ci-contre une carte couleur des pays en conflits en janvier 2018 selon Wikipédia. Le rouge denombre une guerre majeure, le jaune des escarmouches, l’orange des conflits mineurs avec centaines de morts.

Un article de Radio-Canada en date de juillet 2014 peint un portrait similaire.

Période de l’année

Si une partie de votre route traverse l’Afrique centrale d’est en ouest, ou vice versa, ne faites cette section que durant la saison sèche entre juin et septembre. Cette partie de l’Afrique a le moins de routes pavées, et il y a des sections énormes qui n’ont pas de routes du tout, à part des pistes de deux roues éparpillées à travers les forêts tropicales. Alors que vous pouvez encore rencontrer beaucoup de boue ici en saison sèche, ce sera au moins pas si mal que pendant la saison des pluies, lorsque les camions qui sont coincés sont souvent abandonnés jusqu’à la saison sèche, où la récupération pourrait être une option.

Combien de temps

Le temps ne devrait pas être un facteur pour décider des itinéraires à travers l’Afrique, car les retards dus aux fermetures de routes, aux traversiers et aux navires retardés de plusieurs jours, les fermetures inattendues des frontières et tous les autres retards rendent impossible la planification efficace des trajets entre les points. Une traversée sud-nord de l’Afrique pourrait durer de 60 jours à 12 mois, voire plus. Ne comptez pas couvrir plus de 100 km par jour: il pourrait être possible de couvrir trois ou même quatre fois cela en une seule journée, mais là encore, il pourrait être impossible de couvrir même 20 km en deux jours en raison du mauvais temps ou autres facteurs. Prenez chaque jour comme il vient, mais soyez prêt à apporter des changements radicaux à votre itinéraire prévu pour éviter d’être pris dans un pays africain avec un visa expiré, ce qui est une circonstance malheureuse qui peut avoir des conséquences extrêmement désagréables, comme une énorme amende, confiscation de tout votre équipement, l’emprisonnement, ou tous les trois.

Page 2:  Location de véhicule

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.